10/12/2014

L’écotourisme au sein d’un hôtel de luxe et de charme à Marrakech

piscine le-clos-des-oliviers.jpg

Le secteur touristique est l’un des piliers de l’économie marocaine, le secteur rapporte des milliards de dirhams chaque année au territoire. Il est important de développer ce secteur, afin qu’il cadre plus avec les attentes du monde actuel, autant pour les touristes que pour les autorités et la planète. En effet, l’environnement et son état sont des préoccupations qui tiennent l’ensemble de la planète en émoi. Comment protéger l’environnement en résidant dans un hôtel de luxe et de charme à Marrakech comme le Clos des Oliviers ? C’est pour cette raison que les principes de l’écotourisme ont été mis en place. Pourtant peu de personnes savent ce que c’est l’écotourisme.

L’écotourisme au cœur des hôtels et Riad de Marrakech

le-clos-des-oliviers chambre.jpgRappelons que le tourisme à l’échelle mondiale contribue à 9% du PIB, représente 1 emploi sur 11 et comptabilise 6% des exportations dans le monde. Selon les chiffres de l’Office Mondial du Tourisme, en 2030 on comptera 1,8 milliard d’arrivées de touristes à l’échelle internationale par an. Pourtant, selon le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement), le secteur n’est pas géré dans une optique « durable ». On se rend compte que le tourisme pourrait détruire les ressources naturelles, en détruisant la biodiversité, causant des pénuries d’eau, et en détruisant les terres, en plus des effets que nous connaissons tous, notamment le changement climatique et la pollution. Qu’en est-il dans les hôtels de luxe et de charme à Marrakech ? Toujours selon la même source, si le secteur du tourisme évolue de la même manière, à l’horizon 2050, on assistera à une augmentation de la consommation d’énergie à hauteur de 154%, une augmentation de la consommation d’eau à hauteur de 152%, une augmentation des émissions des gaz à effet de serre jusqu’à 131%, et un accroissement de l’évacuation des déchets solides à hauteur de 251%.

le-clos-des-oliviers Marrakech.jpgSi le secteur touristique continue son développement, l’environnement et les espèces sauvages seront de plus en plus sollicités. Si des mesures ne sont pas prises pour mieux gérer et protéger l’environnement et rendre le secteur plus vert, nous pourrons assister à la mise en danger de nombreuses espèces importantes. Pour en revenir à l’hôtel de luxe et de charme à Marrakech, selon le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, la nouvelle vision 2020 du Maroc vise à positionner le pays dans le top 20 des destinations touristiques préférées au monde. L’essentiel dans cet objectif étant de devenir un modèle de développement du tourisme durable en Méditerranée. Cette stratégie a pour mission d’optimiser les atouts naturels et culturels que le pays a à proposer, tout en les préservant, afin que leur exploitation soit positive sur les plans sociologiques et économiques aussi durables que possible pour les différents acteurs du secteur. Lahcen Haddad a même présenté à Marseille, le programme de développement du tourisme rural. Ce dernier a pour objectif de mettre en place une capacité litière d’environ 40 mille lits dans les régions rurales, pour un investissement de près de 2,8 milliards de dirhams. Ce programme pourra attirer près de 100 mille touristes dans les zones rurales du Maroc

Les commentaires sont fermés.